Port des Barques

Port des Barques

jeudi 18 février 2016

Brigitte Baumié états de la neige


                            3

          maison cocon
          la neige monte aux fenêtres
          un peu de ciel subsiste
          lumière blanche et douce
          le lit accueillant
          où tu es nu

          États de la neige, Color Gang édition 2011, p.11
          
 Brigitte Baumié rédige, sous le titre de États de la neige, une suite de petits textes contemplatifs d'une grande sensibilité, qu'elle situe en pleine nature sauvage, dans un pays de grands froids et de lacs, où les étés sont brefs et la neige précoce.
Par petites touches intimistes, qui évoquent les haïkus japonais sans en être, elle analyse au quotidien les fluctuations d'une vie amoureuse dans ce décor blanc et feutré, dont le silence et la beauté masquent les failles .
D'un hiver à l'autre, ces États de la neige sont autant d'états du cœur avec leurs éblouissements, hésitations et désillusions.

Quatre gravures de Philippe Tardy, ainsi que quatre poèmes de facture très différente, illustrent  chacune des quatre saisons. Ils précisent l'état de la neige : ci gèle, ci glace dérive, ci neige effacée, ci neige en attente, ci neige en suspens...
Rédigés dans un style télégraphique, sans le moindre article, ces poèmes résonnent à l'oreille sur un rythme saccadé, nous rappelant que Brigitte Baumié est également musicienne.


         Hiver

         ci gèle gît tu neige est fausse douceur
         ci blanc gît bien sûr poudre aussi
         ci blanc abstrait cristal
         envolée poudreuse
         ci-gît tu crois
         tu peux marcher sur l'eau
         ci neige mur vertical brûlant
         pour perdre
         se perdre
         plus que neige enveloppe
         ci-gît neige gelée au matin

         in États de la neige, Color Gang édition, 2011, p.7

Elle a créé et anime, avec Michel Thion, poète, l'association Arts Résonances, auprès de sourds, dans l'Hérault.
Elle est présente, chaque été depuis sa création, au festival Voies Vives, à Sète, où elle anime des ateliers de création poétique et de lecture en langue des sourds.
On lui doit la première anthologie de poésie en langue des signes : Les mains fertiles, 50 poèmes en langue des signes, parue aux Éditions Bruno Doucey, en 2015.
   
        

                             21

         vent
         l'air épais de neige
         ni jour ni nuit
         des tourbillons de gris
         laiteux et hurlant
         la maison est île ou bateau
         on prépare une soupe chaude avant de larguer les voiles

         in États de la neige, Color Gang édition, 2011, p.20


                            5

         sur la berge
         on sait qu'au pas suivant on marchera
         sur l'eau
         la différence est imperceptible
         la neige juste un peu plus
         désordonnée

         ibid p.12

                             47

         laisser la neige se poser
         un flocon sur ta main
         juste voir cela

         ibid p.33

                            53

         nous avons laissé l'empreinte de nos visages
         dans la neige légère
         souffle retenu
         ombres bleutées
         plus denses avec le soir
         nous observons ces visages à l'envers
         s'emplir de nuit

         ibid p.36

                             59

         derrière la maison
         à perdre haleine
         dans la neige

         ibid p.39

                              20

         marchant dans tout ce
         froid
         l'émoi de ta chaleur
         en moi

         ibid p.19

                             62

        avec les mots que tu dis
        j'invente des histoires que je pose sur la neige
        j'essaie de me débrouiller de ceux
        que tu ne dis pas

        ibid p.40

Nul besoin de lire ce recueil dans l'ordre établi. Chacun de ces états s'accorde ou non avec celui du lecteur. Il y vient et y revient à son gré, ce qui en fait un livre de chevet, qui offrirait juste:

         des provisions
         images
         mots
         silences
         pour tenir l'absence

         ibid p.41

De la taille d'une main, il peut se glisser dans une poche, couvre quatre saisons d'une vie et bien plus... Il ne se quitte plus, ne s'oublie pas davantage. Avec lui, tout en douceur, le cœur et la pensée voyagent.

 Bibliographie:
  • États de la neige, éditions Color Gang 2011.
sur internet:
        

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire