Port des Barques

Port des Barques

vendredi 30 juillet 2021

Jean-Michel Maulpoix, quand la vie n'a plus rien de bleu







              " Un livre s'est ouvert sur les genoux d'une femme, dans la chambre ou dans le jardin..." 
           
        Point besoin, dès lors, d'un vrai jardin pour qu'affluent les souvenirs d'enfance. La lectrice, 
        "un rayon de soleil sur la joue, se souvient du mot "myosotis", car bien avant qu'elle n'apprenne 
        l'anglais, son institutrice la surnommait "forget me not"! 

         "Elle aime que ces mots la transportent un peu plus loin, dans des régions plus aérées, 
         aux objets plus solides, avec des contours mieux tracés, ou dont les formes changent 
         imprévisiblement, comme celles des nuages dans le ciel." 

    in Une histoire de bleu, L'instinct de ciel, Jean-Michel Maulpoix, 
    Poésie/ Gallimard, 2019, p.p.168/169 
 
    Par ces temps insolites, demande-toi: 

     "Que fera de sa vie celui à qui nul n'a appris à demeurer seul avec soi ? Quelle sorte de son 
       rendra-t-elle, si la musique n'éveille en lui qu'un vague  tressaillement ? Quelle intelligence, 
       si nulle question n'est posée ? Quel signe saura-t-il tracer, s'il n'aime ni la langue ni la terre ? 
       Quelle parole s'il ne connaît rien du silence ? Quelle clef s'il n'a aucune porte à ouvrir ?"

        ibid p.153 

     " Pas de vague, surtout pas de vagues, se répètent ceux qui les gouvernent. Il faut tenir 
        jusqu'au printemps". Mais lequel ? 

     Faute de mieux:   

              "Elle mange des groseilles, des cerises, ouvre des flacons de parfums, 
               choisit des tissus, fait des bouquets et se promène au bord de la mer. 
               Elle collectionne les coquillages et les morceaux de verre bleutés,                
               ou ses fragments de faïence venus dont ne sait quelle cuisine, 
               que le flot ramène tout polis sur le sable. Elle aime les chaussures neuves, 
               les crayons de couleurs bien taillés rangés dans leur boite, 
               et les petits verres de muscat ou de porto 
               que l'on boit vers six heures, le soir, avec des gâteaux salés. 
               Elle aime ce dont il est impossible de dresser la liste. 
               Tout ce qui a en elle, au fil du temps, trouvé sa place. 
               Ce dont son corps s'habille.Tout ce par quoi il se prolonge et palpite.
     
      ibid p.169 

     Juste le temps que le monde se souvienne de ce qu'il était, avant "le premier confinement"...
  
     Bibliographie: 

  Jean-Michel Maulpoix, Une histoire de bleu, suivi de L'instinct de ciel, avec une préface 
  d'Antoine Emaz, Poésie-Gallimard, mai 2019.
 



     
        

vendredi 23 juillet 2021

André Laude, pour tenir bon ne marche pas les yeux fermés

 

        Ne parle pas aux soleils gris  

        Retiens ce qu'il reste de jour 
        entre tes pauvres mains nues 

        Ne parle pas d'amour 
        aux oiseaux des murs 

        Tiens-toi tranquille 
        ne dérange pas l'horizon du silence 

        Sois secret comme l'île 
        peuplée de totems et de lances 

        Retiens ce qu'il reste de nuit 
        sous tes paupières 

        En cas de détresse danse 
        danse danse 

        Jusqu'à ce que Mère Terre 
        écoute ta blessure 

        Danse jusqu'à ce que tes dents 
        blanches rient 

        Mais ne parle pas d'avenir infini 
        aux soleils gris 
        aux lunes de tristesse et d'errance.

       André Laude, Oeuvre poétique, Feux cris et diamants, p.638, éditions de la Différence, octobre 2008 

Par les temps qui courent, nous avons, tous et toutes, grand besoin de paroles fortes. Les éditions de La Différence nous offrent plus de 700 textes d'André Laude, profitons-en !

       Puisque tu sais que quand on le regarde en face 
       le soleil est noir 
       Ne marche pas les yeux fermés.

       ibid p.640 

Pour en savoir davantage sur l'auteur, je vous invite à lire ou relire un bel article  rédigé par Pierre Kobel et paru sur son blog : La Pierre et le sel, sous le titre: André Laude, 25 ans après.

https://pierresel.typepad.fr/la-pierre-et-le-sel/2020/06/andr%C3%A9-laude-25-ans-apr%C3%A8s.html 

Bibliographie:

André Laude, oeuvre poétique, éditions de la Différence, 2008 


jeudi 15 juillet 2021

Philippe Jaccottet, en hommage à tous les poètes disparus



          Regardez les martinets : 
          ils sont autant de traits de fer forgés dans les murs, 
          décochés vers les quatre angles du ciel 
          quand tombe le soir d'été. 

          Alors, je crois entendre le vieux musicien, 
          forgeron, lui, de volutes et de flammes, 
          pour la dernière fois peut-être supplier : 

          "Belle archère, détournez de moi votre arme, 
          que je ne palisse ni m'effondre comme ces nuées."
 
          Ou ne serait-il pas plutôt, ces oiseaux, des hameçons jetés 
          pour retenir par ses écailles juillet trop fuyant ? 

          Et lui d'écrire encore, sur les dernières portées, 
          peut-être, de sa vie : 

          "Telle inconnue pêchant dans sa barque légère 
          m'a ferré moi aussi. 

          Si j'ai cru doux d'abord d'être sa proie, 
          maintenant le fer tire sur mon coeur 
          et je ne sais si c'est le jour ou moi qui perd son sang 
          dans ces eaux nacrées."

          Philippe Jaccottet, in Le dernier livre de Madrigaux, nrf Gallimard, p.p.28/29, 2021

          Là-bas, les tentes bleues des montagnes 
          semblent vides. 

          Qu'ourdissez-vous de sombre sur vos fils, 
          oiseaux nerveux, mes familières hirondelles? 

          Qu'allez-vous, à vous toutes, m'enlever? 

           Si ce n'était que la lumière de l'été, 
           j'attendrais bien ici votre retour. 

           Si ce n'était que ma vie, emportez-la. 

           Mais la lumière de ma vie, oiseaux cruels, 
           laissez-la moi pour éclairer novembre. 

           ibid p.38 
 
Bibliographie: 

Philippe Jaccottet, Le dernier livre de Madrigaux, poèmes, nrf Gallimard, 2021
        

vendredi 9 juillet 2021

Léon Vérane, pour une escale au pays du rhum



   

             Bar 

   Parmi les nickels et les glaces 
   de ce bar où l'alcool est roi, 
   Pauvre homme tu caches ta face 
   Sous la grille de tes dix doigts.

   Une liqueur flambe et rutile 
   Dans ton verre et son parfum dur 
   Évoque de lointaines îles 
   Incrustant une mer d'azur.

   Mais que t'importent les Antilles, 
   Leurs lianes et leurs palmiers 
   Et le morne où les rouges filles 
   S'éventent sous les girofliers ? 

   Autre que les buveurs vulgaires, 
   Toi, tu n'accoudes au comptoir, 
   Parmi les flacons et les verres, 
   Que le poids de ton désespoir. 

   Et nulle ivresse ne peut faire 
   Que s'efface enfin de tes yeux 
   Ce corps souple et blanc dont s'éclaire 
   Le divan aux coussins soyeux, 

   Ce corps où tu voudrais inscrire, 
   À la fois martyr et bourreau, 
   Et ta détresse et ton délire 
   Avec la pointe du couteau. 

   Léon Vérane in Le livre des passe-temps, © Mme Vérane-Salvado, p.1496



sur internet:

    https://toulon.fr/toulon-pratique/article/leon-verane-quelques-lignes



vendredi 2 juillet 2021

Erri De Luca, en hommage à un peuple de sables





         Chœur

         Les hommes ont laissé les prières à terre, 
         du voyage n'est fautif le Dieu de chacun. 

         Nulle invocation, supplique d'aide, 
         d'ici seul un salut au roi de l'univers. 

         Si nous étions à terre ces nuits-ci nous chanterions 
         pour les troupeaux menés sur le haut plateau. 

         Nous tiendrions à distance les lions par notre chant, 
         les femmes veilleraient sur le feu dans le cercle de pierre. 

         Ici ne se pose à terre l'ombre de nos corps, 
         nous sommes poussière soulevée, odeur de vinaigre dans un flacon vide.  

         Nous sommes un désert  qui marche, peuple de sable, 
         fer dans le sang, chaux dans les yeux, un fourreau de cuir. 

         Tant de vies détruites ont aplani le voyage, 
         des pas ôtés à d'autres poussent les nôtres en avant. 

                                       **

         Les soldats brûlent les villages, tandis que nous sommes aux pâturages, 
         ils jettent au feu gens et bêtes, laine et barbes blanches. 

         Ils étranglent le puits à la dynamite, abattent les plantes, 
         roulent des têtes d'enfants de la pointe de leurs bottes. 

         Nous rentrons alors que le bivouac est encore chaud et que fume 
         le chant des assassins sous le noyer des aïeux .

         Chassés de la terre, nous sommes la graine crachée le plus loin 
         de l'arbre coupé, jusqu'aux champs de la mer. 

         Servez-vous de nous, gisement de vie à exploiter, 
         plante, métal, mains, bien plus que force de travail. 
 
         Notre patrie est la cendre fraîche de vieux et d'animaux, 
         elle est partie avant nous dans le vent, elle doit déjà être arrivée. 

         Vous n'avez jamais vu migrer des patries ? Nous de l'Afrique oui, 
         elles se lèvent avec la fumées des incendies, se répandent comme l'engrais. 

         in Aller simple, Erri De Luca, Poésie/ Gallimard, p.p.41/43, 2021

Les événements, suivis de barbarie, que vivent actuellement les villageois de plusieurs villes du Mali, nous rappellent combien la paix est précieuse et reste d'autant plus fragile. 
Je vous invite à lire un article de Jacques Décréau, paru sur La Pierre et le sel, sous le titre Erri De Luca, Parole de haute mer, qui vous en dira davantage sur le poète.

Bibliographie 

Erri De Luca, Aller simple suivi de L'hôte impénitent, nrf, Poésie/ Gallimard

        
      
   

mardi 29 juin 2021

François Cheng, enfin le royaume




                                                       à ceux qui habitent la poésie 

        Tu ouvres les volets, toute la nuit vient à toi, 
        Ses laves, ses geysers, et se mêlant à eux, 
        Le tout de toi-même, tes chagrins, tes émois, 
        Que fait résonner une très ancienne berceuse.

        in Enfin le royaume, François Cheng, Gallimard, 2018 


        Il reste encore un pêcher 
        selon le désir grandi, 
        Après que les dieux tragiques 
        ont cherché ailleurs leur champ.

        ibid p.64

        Ici.
        Nous avons posé l'obscur, 
        Nous avons posé l'éclat, 
        Afin qu'un jour se souvienne 

        ibid p.56 

        De quelle nuit es-tu venue ? 
        De quel jour? Soudain tu es 
        Au coeur de tout. Les iris  
        Ont frémi; le mot est dit. 

         ibid p.68 

         Toi le féminin 
         Ne nous délaisse pas, 
         Qui n'est point douceur 
         Ne survivra pas. 

         ibid p.69 

Bibliographie :

        Enfin le royaume, quatrains, François Cheng, Gallimard, 2018.
 
         

vendredi 25 juin 2021

Philippe Jaccottet, ouvrons les yeux au delà du temps présent



        Toute fleur qui s'ouvre, on dirait qu'elle m'ouvre les yeux. 
   Dans l'inattention. Sans qu'il y ait aucun acte de volonté d'un côté ni de l'autre. 

         Elle ouvre, en s'ouvrant, autre chose, beaucoup plus qu'elle même. 
   C'est pressentir cela qui vous surprend et vous donne de la joie. 

         Alors même qu'il vous arrive désormais, par instants, de trembler, comme 
   quelqu'un qui a peur et qui croit, ou prétend ne pas savoir pourquoi. 

   Philippe Jaccottet, in Et, néanmoins, proses et poésies, p.77, Gallimard 2001. 

Chacun et chacune d'entre nous souhaitent revenir à des temps plus paisibles où faire des projets et les réaliser serait de l'ordre du possible, même s'il ne s'agissait que de choses sans nécessité, sans prix...
comme s'inviter chez une amie à l'autre bout du pays et lui dire combien elle nous a manqué... ou porter des fleurs sur la tombe d'un être cher sans devoir compter les kilomètres...ou encore retourner dans la foulée à son cours de Taï chi chuan ou encore retrouver son groupe de gravure du samedi : comme si une portière invisible, et qui le restera, vous  invitait à vous glisser par la porte entrouverte entre le jour et la nuit, la porte de moins en moins verte et qui ne se refermera pas derrière vous !

Ces retrouvailles n'auront lieu qu'à la rentrée de septembre, mais en attendant ne manquez pas de lire la page, qui continuera de paraître chaque vendredi, sur Le Temps bleu.