Port des Barques

Port des Barques

vendredi 14 janvier 2022

Emmanuel Moses, retour à ces lieues de grèves tant aimées de nous



       
         Les mots sont des revenants 
         Auxquels nous donnons une nouvelle vie 
         Une fois que nous les avons dits 
         Nous en faisons des fleurs, des fruits 
         Eux qui pendaient morts à un arbre mort 
         Nous les transplantons 
         Et greffés en nous 
         Ils reprennent couleur, saveur 
         Sont de saison 
         Dans notre saison d'homme. 

         in Tout le monde est tout le temps en voyage, Emmanuel Moses, 
         dessins de Tereza Lochmann, 
         Poésie Al Manar, p.58, 2020.

         A la terrasse du café 
         Les buveurs font l'apologie de l'amour 
         Ils disent des choses magnifiques 
         Eros a dû descendre sur eux 
         Le temps de vider leur verre.

         ibid p.23 

         Maintenant le jour se montre plus généreux 
         Les arbres eux aussi regardent moins à la dépense 
         Mystérieusement, les poissons renaissent dans les bassins et les étangs 
         Les oiseaux ont ôté de leur bec le bâillon de l'hiver 
         La nature n'a pas secoué toute sa torpeur 
         Elle titube encore sous la lumière pâle 
         Pourtant elle s'est mise en chemin 
         Je perçois déjà son souffle, j'entends ses pas 
         Le printemps va passer sous mes fenêtres. 

         ibid, in Fougeroles, p.55 , 2020 


         Je compte les mots usés chaque jour 
         Parfois rares, le plus souvent nombreux 
         Je les imagine répandus autour de moi 
         Sur le sable de la longue plage balayée par un vent incessant 
         Ou les  pavés de la ville reconstruite 
         Je veux demeurer ici 
         Dans une chambre avec vue sur les remparts  
         Et que mes mots m'entourent, me suivent dans les petites rues 
         Quand je sors acheter le journal et le lait 
         Qu'ils prennent la teinte grise des pierres de ce pays 
         Et sa lumière douce, "ciselante", qui caresse tout ce qu'elle touche. 

         ibid, Spectatrice de l'océan, in Tout le monde est tout le temps en voyage, p.45. 
 
Bibliographie:

Tout le monde est tout le temps en voyage, Emmanuel Moses, Poésie Al Manar, 2020

vendredi 7 janvier 2022

Eugène Guillevic, en attendant que les choses se réinventent


        
         En 1995,  à l'aurore d'une nouvelle année, le poète Eugène Guillevic écrivait ceci : 
 
         Voici que dans cette journée 
         Le ciel d'azur proclame 
         Qu'il va s'ouvrir, 

         Que nous allons voir 
         Ce dont nous ne savons 
         Rien que l'existence,

         Que ce sera la grande révélation, 
         L'éblouissement où nos profondeurs 
         Se laisseront dévoiler 

         Et nous vivrons alors 
         Selon ce désir fou 
         Qui est en nous- 

         Cela s'annonce tous les jours 
         Et chaque jour nous espérons 
         Que ce sera pour aujourd'hui. 

         1er Janvier 1995.

         Guillevic, in Quotidiennes, Folio Junior, Gallimard Jeunesse, 2010, p.85 

Certes, 

          Il y a des jours 
          Où tout est paroi. 

          Même l'air, même 
          Les regards, son regard, 
          Ma main, sa main. 

          Et je cherche des mots, un mot 
          Où me fourrer, dormir peut-être, 
          Attendre 

          Qu'à nouveau les choses 
          Se soient réinventées, 

          Comme si les maisons, par exemple, 
          S'étaient baignées dans l'océan, 
          Leur océan. 

          in Paroi, p.87 in Eugène Guillevic, un poète. Folio junior. Mai 1984 

I

           Ce n'est pas difficile 

           Dans une touffe d'herbe 
           De voir un incendie 
           Où s'exaltent des cathédrales, 

           De voir un fleuve qui se presse 
           Pour les sauver. 

           Pas difficile 
           D'y voir des filles nues 
           Faire la nique aux cathédrales 
           Et danser sur le fleuve 
           Qui chante l'incendie, 
 
           D'y voir venir l'armée 
           Crachant par tous ses tanks 
           Pour, sur le dos du fleuve, 
           Acclamer sa victoire. 

           - Mais voir la touffe d'herbe.

           in Inclus, ibid p.96 

L'incendiaire de Notre Dame de Paris serait-il un poète? Pourquoi pas ?
Eugène Guillevic, fervent communiste, s'inventait bien des anges gardiens !

           Je ne suis pas celui 
           Qui voyait partout 

           Des anges voler 
           Au-dessus de la ville.

           Mais je pourrais 
           Les inventer. 
   
          in Ouvrir, Neuf urbaines, nrf, Gallimard, 2017, p.187.

       
Bibliographie :

- Eugène Guillevic, un poète, folio junior, éditions Gallimard, 1984 
- Guillevic, Ouvrir, poèmes et proses, 1929-1996, nrf, Gallimard , 2017 

vendredi 31 décembre 2021

Isabelle Alentour, si les fêtes de fin d'année s'éclairaient d'un rai de lumière ?



       Parfois je ferme les yeux et quand 
       je ferme les yeux le monde s'éclaire 
       d'une lumière comme en-dedans 

                               Cet hiver ne sera pas un hiver  
                               il sera acquiescement au réel 

        in Je t'écris fenêtres ouvertes, Isabelle Alentour, éditions La Boucherie littéraire, Juin 2017 .

        Je me tourne vers toi et rêve dans
        ton sommeil Les lèvres tempèrent 
        la démesure, en adoucissent les 
        contours 

                                J'aime ce mot contour et je veux 
                                que tu gardes mes lèvres sur les 
                                tiennes et leur goût leur constance 
                                pour toi et leur geste patient, ravivant
                                les contours de ce moment heureux 
                                où tu as pris ma main et 
                                les mots qui venaient avec 

         Je pourrais te parler sans fin de la 
         lumière de ce matin-là de son élan 
         de son ardeur mais je préfère les 
         mots écrits Les mots "j'aime" quand 
         ils s'étendent quand ils se couchent 
         sur la page bleue  

                                Alors s'écrit ce qui ne s'est jamais écrit 

                      Le parcours d'un rai de lumière 

        in Je t'écris fenêtres ouvertes, Isabelle Alentour, aux éditions la Boucherie Littéraire, juin 2017.


En cette fin d'année, je dédie cette dernière page " bleue" à mes lecteurs et lectrices ainsi qu'à tous ceux  
et celles en attente d'un simple regard durant ces jours festifs.


Bibliographie :

Je t'écris fenêtres ouvertes, Isabelle Alentour, éditions la Boucherie littéraire, La feuille et le fusil, 2017.

vendredi 24 décembre 2021

Tanja Dückers, pourquoi ne trouve-je plus rien ?



         J'ai trouvé quelque chose 

         Pourquoi ne trouve-je plus rien ? 
         autrefois 
         tout était significatif 
         aujourd'hui 
         rien ne suffit plus 

         Autrefois 
         je causais avec des pots de yaourt vides 

         c'est à cela que je veux revenir. 

 Tanja Dückers est allemande, née à Berlin le 25 septembre 1968, elle est écrivain, essayiste, journaliste
 et critique d'art. 

Qui dit "fêtes de fin d'année" sous-entend désormais repas gastronomiques, assortis d'une multitude 
de cadeaux de prix, accumulés au pied d'un sapin et ouverts souvent à la hâte, sans plus... 

Pour ma part, j'ai souvenir d'églises bondées et des 3 Messes de minuit, suivies ensuite de chants à la maison autour de la crèche familiale, où le plus jeune avait pour tâche le soin de déposer "l'enfant Jésus" dans son berceau de paille, puis de regagner son lit avant d'ouvrir, au réveil, un unique cadeau ! 

Le premier janvier s'accompagnait d'une orange ou d'un petit billet dans le meilleur des cas.
Ensuite, parents et enfants, faisaient le tour de la ville pour souhaiter la bonne année aux proches, voisins amis et connaissances.

vendredi 17 décembre 2021

J.M.G Le Clézio, quand les poèmes marchent au pas cadencé




             On s'interroge sur la poésie ? On voudrait bien savoir ce qu'elle nous veut. C'est que souvent 
         elle ne nous dit rien du tout. Des mots, des bouts de phrases, balancés, hésitants, versatiles, des 
         mots qu'on n'arrive pas à arrêter. 
             Des refrains de chanson peut-être? Mais alors où est la musique? Peut-être des musiques 
         silencieuses, jouées au fond de l'eau, à cent brasses de profondeur. 
             Les autres poèmes, tous les poèmes célèbres, composés, organisés, troupes en armes qui 
         marchent au pas cadencé. On n'est pas là quand ils passent. On détourne la tête, on va chercher 
         ailleurs. En général, quand ils passaient, ces grands poèmes, il y avait un vide extrême, 
         un vide intense (la peur, la fatigue), et c'était lui qu'on préférait.  

             Ou bien d'autres poèmes encore, qui parlaient de choses graves, qui insultaient, 
         qui blasphémaient; ça faisait un grand bruit de tonnerre, et nous autres petits hommes faibles 
         qui n'aimons pas les orages, nous rentrions la tête entre nos deux épaules, en attendant que 
         ça passe. Les cris et les insultes, ça n'est pas pour nous. 

         J.M.G Le Clézio, in Vers les icebergs, Iniji, p. 105/106, Le Mercure de France 

Par ces temps de fêtes, méfions-nous des excès de table, gavons-nous plutôt de sourires échangés et de gestes d'amitié ! 

vendredi 10 décembre 2021

René Daumal, le Père Mot, roi du Monde et la Mère Mot, infatigable

           
         
           Le Père Mot, roi du Monde, habitait au sommet d'une colline, une petite maison entourée de  
        quelques  terres, d'où l'on pouvait voir la poignée de villages qui formaient alors tout le royaume. 
        La maison était tellement insignifiante, ne signifiant qu'elle, que personne, dans le peuple, ne la 
        remarquait. On n'avait jamais vu le roi, ni entendu parler de lui. Le gouvernement était confié à 
        un conseil des Anciens. S'il arrivait qu'ils ne fussent pas d'accord, une coutume immémoriale 
        voulait qu'ils se fissent pendre par les pieds à un grand arbre, et ils devaient rester dans cette 
        situation jusqu'à ce que leur différend fût résolu. Par-delà l'horizon, tout autour, s'étendait le vague
        royaume de l'Immonde, dont on savait rien encore. 

           La Mère Mot était une femme infatigable. Elle bêchait, fumait, sarclait, ensemençait ; arrosait, 
        buttait, ramait, liait, repiquait ; récoltait, entreposait, conservait ; moissonnait, gerbait, battait, 
        vannait, broyait, pétrissait, enfournait ; trayait, écrémait, barattait ; tondait les moutons, rouissait 
        le chanvre, cardait, filait, tissait, taillait, cousait, tricotait et ravaudait. Elle balayait, époussetait, 
        lavait, rangeait, mettait tout en ordre si bien que son mari n'avait  qu'à ouvrir les yeux, et il voyait 
        tout ce dont il avait besoin. 
           Le Père Mot ne faisait que trois choses dans le ménage. Chaque matin il soufflait dans une grande 
        trompe pour réveiller la Mère Mot. 
        Chaque année, au lever du soleil qui suit le jour le plus court, il égorgeait un veau pour lui prendre 
        sa présure, dont on ferait lever la pâte pour le premier pain de l'année, le levain engendrant ensuite 
        le levain jusqu'au printemps suivant. 
           Une fois dans sa vie enfin, le jour de ses noces, il avait battu le briquet pour allumer le feu domes-
        tique, que la Mère Mot conservait sous la cendre la nuit et ranimait le matin du double soufflet de 
        forge de sa poitrine. C'est tout ce qu'il faisait dans le ménage, mais c'était trois opérations    
        essentielles, comme dirait plus tard leur fils au temps où il étudiait la philosophie. 

           Si la Mère Mot avait  eu la parole, elle eût en elle-même appelé son époux des noms secrets de 
       Papa-Feu, de Papa-Pain et de Papa-Trompette. Mais la Mère-Mot ne parlait pas. Sitôt éveillée par 
       le lever du soleil sonore du grand coup de trompe, elle se gonflait d'air, de lumière et de chaleur, et 
       se mettait en action. Si elle ne parlait pas, elle n'était pas muette. Car son souffle n'arrêtait pas 
       d'entrer et de sortir de par les deux trous qui lui sont réservés et celui dont il partage l'usage avec 
       le manger et le boire.
       Et selon la disposition des orifices, les accidents de leurs parcours, les contractions et articulations  
       que les efforts et les obstacles divers déterminaient dans les tuyaux, selon aussi que les pompes 
       thoraciques, plus ou moins chauffées par les chaudières de l'étage inférieur, soufflaient plus ou moins 
       vite et fort, la Mère Mot soupirait, ahanait, haletait, sanglotait, riait, cascadait, ululait, hurlait,                     grondait, grognait, hoquetait, sifflait, grinçait, susurrait, bourdonnait, fredonnait, capucinait, 
       mirlitonait, comme en témoigne la liste inexhaustible de sons respiratoires dressée plus tard 
       par son fils même, au temps où il étudiait la phonétique. 
           Le Père Mot restait silencieux. Mais sans le coup de trompe quotidien, la Mère Mot ne se serait 
      pas réveillée, ses poumons auraient cessé de souffler, le feu se serait éteint, le pain serait mort, et tout 
      le pays aurait tourné en mince poussière, sans s'en apercevoir, entre les quatre vents du Pays de
      L'Immonde. 
                                                                                                                                                    1938 

      René Daumal, in Le Contre-Ciel, Les dernières paroles du Poète, p.p.199, 200, 201

Peu importe "l'ordre établi", lisons vite ce qu'écrivait encore le poète, à la veille de la guerre :

      "Essayez seulement de sourire aux oiseaux", "essayez de sourire aux fleurs"! "Votre rire a créé des étoiles nouvelles, et vous pouvez sourire à de nouveaux oiseaux". 

Et  quoiqu'il arrive, demain ou après, ne laissons pas "la nuit de vérité"nous couper la parole ! 

vendredi 3 décembre 2021

Danièle Corre, lorsque le temps, sournoisement, nous mord ...





           Il fait un temps doux et léger. 
           Rien ne dit que la mort rôde. 

           Pourtant je l'ai vue 
           s'amarrer à des visages aimés 
           avec des crampons de flibustier 

           que je regarde, 
           ligotée d'impuissance,

           pendant qu'un autre espace 
           dresse ses rives, son silence, 
           mon désarroi. 

           Danièle Corre in Lorsque la parole s'étonne, Editions Aspect, p.p.66/67, 2016 

La solitude s'est définitivement installée, elle ponctuait déjà de ses exigences le quotidien, maintenant elle occupe tout l'espace. Perdue l'envie de sortir, d'échanger, d'écrire et même de peindre. Rire de soi, rire de l'inconnu à venir reste un passe-temps très illusoire.
La gravité occupe l'espace et ses couleurs n'en sont que plus austères. 

        Le temps nous mord, 
        le temps nous mange,
        ogre monstrueux
        loin des douceurs de cuisine.

        Les amis, les aimés,  
        en pièces et morceaux 
        tournoient dans notre nuit 
        sans que les attire 
        le halo de la lampe 

        ni notre appel essoufflé, 
        ni notre avidité 
        à rassembler 
        ce qui fait notre sang.

        ibid p.14 

Et pourtant, "dans la grande nuit des peines d'exil, une petite voix chante et rebondit" : 

        Est-ce bien toi,
        douceur du temps qui s'attarde, 
        dont les déchirures 
        deviennent dentelles 
        dans le soleil 
        et les reflets d'eau 
        du grand bassin 
        d'où s'organise 
        l'harmonie des jardins, 
        loin des foules
        qui mendient une vie 
        digne de cet instant sauvé ?

        ibid p.72

Alors soudain à la fenêtre, "la lune fait sa ronde jusque dans mes mains ouvertes sur le temps paisible." 
 
Pour en savoir davantage ne manquez pas un précédent article rédigé par moi à propos du poète et mis en ligne le 28/4/ 2014, sur La Pierre et le sel, ayant pour titre: Danièle Corre, Guetteur d'oracles .

Bibliographie: 

Lorsque la parole s'étonne, Danièle Corre, éditions ASPECT, 2016