Port des Barques

Port des Barques

vendredi 15 octobre 2021

Lionel Ray, quand le temps dépose sa parole de sable

         


         La roue des jours s'accélère. 
         D'où vient cette lueur, de quel désastre, d'où 
         cette voix comme une barque 
         perdue dans la nuit ? 

         Nuit : incessante 
         et vaine immensité, 
         nous sommes au pouvoir du froid, 
         les fleurs s'effacent, le sang est suspendu. 

         Qui donc m'a parlé 
         dans les silences du sel, 
         avec un langage de neige 

         Et de jour inconnu, 
         cherchant le nom nouveau du feu, 
         un soleil habitable ? 

                          *

          Les objets sont nos voisins, 
          sans rêve, seulement là et proches, 
          posés très lourds 
          sur un lit de silence. 

          Mais le temps est en eux, il mûrit, 
          va son chemin comme en nous, 
          sans limite perceptible, il creuse, 
          sans poids, dans d'invisibles lointains. 

          En débat avec la nuit, plus 
          nocturne que toute nuit, il dépose 
          en eux sa parole de sable 

          Tandis que, sans mémoire, sans voix, ses marteaux 
          frappent de grands coups de silence 
          en nous et contre nous. 

          in Comme un château défait, suivi de Syllabes de sable
          La roue des jours s'accélère, Poésie/Gallimard, 2004, p.p.189/190.

vendredi 8 octobre 2021

Jean-Claude Pirotte, quand les mouettes reviennent avec l'hiver

 

         l'enfant triste et le soleil pâle 
         trois saules au bord d'une eau 
         dans le ciel très haut les oies sauvages 
         en septembre un coin de salon 
         où la peinture anonyme révèle 
         on ne sait quelle ancienne lumière 
         un peu naïve comme les motifs bleus 
         des faïences plus que centenaires 
         et comme les yeux de l'aïeule 
         ou comme un soir au seuil du Siècle d'or 


                                   ***

         ce n'est jamais le moment 
         de s'arrêter dans la vie 
         c'est une affaire d'argent 
         ou d'amour ou de pari 
         mais les mouettes reviennent 
         avec l'hiver et leurs ailes 
         ressemblent aux demoiselles 
         qui patinent sur la glace 
         des canaux d'un autre siècle 
         et sourient au temps qui passe 

                                  *** 

         le soleil pâle n'éclaire 
         qu'à peine le toit de chaume 
         le mauve de la bruyère 
         les bords du sable c'est l'aube 

         dans la chambre un lumignon 
         clignote comme un regard 
         le vent de la mer prépare 
         le grand jour mystère blond 

                                *** 

  
         très loin dans la brume des îles 
         voyagent au large des villes 
         et le promeneur qui ne sait 
         parler qu'aux fantômes songe 
         au pays où le temps s'arrête 

                                
  
         Jean-Claude Pirotte, in Hollande, Poèmes et peintures, Le cherche midi, 2007, p.p.24/28/ 56 

Face à tant d'images, le promeneur du bord de l'eau pourrait se croire un instant en Hollande, alors qu'il ne suit que la Marne qui, elle, s'empresse d'aller engrosser la Seine, pour une entrée glorieuse dans Paris. 

Je vous invite à lire, grâce au lien qui suit, un très bel article rédigé à propos du poète par Jacques Décréau  et paru sur La Pierre et le sel, en 2012 : 

https://pierresel.typepad.fr/la-pierre-et-le-sel/2012/09/jean-claude-pirotte-ou-lart-de-la-fugue.html

Bibliographie:

Jean-Claude Pirotte, Hollande, Poèmes et peintures, Le Cherche midi, 2007

vendredi 1 octobre 2021

Eva-Maria Berg, quand les maisons se construisent sur le sable



         L'île 
         est une mer 
         toujours dans l'alternance 
         des marées 
         elle laisse les gens 
         venir et s'en aller 
         et quand ils embarquent 
         elle enseigne aux habitants 
         à monter sur les vagues 
         les maisons se construisent 
                                  sur le sable 
         pour chaque nouveau-né 
                                  un dauphin 
         nage dans la chambre 

       p.34, in Une brèche dans l'eau, Eva-Maria Berg, aux éditions Pourquoi viens-tu si tard 

        ainsi se fraye 
        la lumière 
        une brèche 
        dans l'eau 
        et pourtant 
        elle ne tombe pas 
        sur tous les 
        disparus 
        dans les océans 
        du monde 

        ibid p.59 

Pour donner signe de vie à tout ce qui survit et nous interpelle dans l'ombre, le poète ajoute :

         ça continue 
         ici l'eau 
         bouge 
         aussi dans la baie 
         les lignes brillent 
         les yeux changeants 
         en prennent leur lumière 
         comme si la nuit 
         restait à quai 

         ibid p.65 

         la lumière blanche 
         s'inscrit 
         dans la mémoire 
         et sèche le sang 

         tu arrives trop tard 
         mais tu ne sais pas 
         si tu aurais trouvé 
         le courage 
         de résister 
         à la violence 

         ton stylo tremble 
         toujours et 
         des yeux reposent 
         sur toi comme 
         si tu pouvais 
         nommer les noms 

         ibid p.83

L'auteure célébrait par ces mots tous les disparus des océans. 

Par les temps qui courent, je voudrais élargir cet hommage au corps médical et à ceux et celles, qui luttent encore dans tous les hôpitaux du monde, contre un virus coriace . 

Pour en savoir davantage sur l'auteur, ne manquez pas les deux articles, précédemment rédigés sur Le Temps bleu, et accessibles sur internet, grâce à leurs titres  
. Eva-Maria Berg, avant que le crayon ne s'émousse, 4 mai 2018 
. Eva-Maria Berg, bien plus qu'un souvenir, 1 sept 2019

Bibliographie:

Une brèche dans l'eau, Eva-Maria Berg, aux éditions Pourquoi viens-tu si tard ? 2010- 2017 





vendredi 24 septembre 2021

Quelques haïkus des Maîtres japonais, pour mieux savourer l'automne



         Dans une vie brève 
         une heure d'oisiveté 
         ce soir d'automne

         Buson 

         Soirée d'automne 
         seul à partager mes jérémiades 
         le mur 
        
         Issa 

                      ***

         Le chiot qui ignore 
         que l'automne est arrivé 
         est un Bouddha 
 
          Issa 
                      ***

         Souffle le vent d'automne 
         nous sommes vivants nous pouvons 
         nous voir toi et moi 
 
         Shiki 

                 Adossé à un arbre 
         peu de branches et de feuilles 
                  une nuit d'étoiles 

         Shiki 
                   
                       *** 

               Ils n'ont pas dit un mot 
                     l'hôte l'invité 
              et le chrysanthème blanc 

         Ryota

                      *** 

        Après avoir tout vu mes yeux 
                    sont revenus 
          aux chrysanthèmes blancs  
     
         Isshô 


Bibliographie:

Celui qui voit de ses yeux, Haïkus des Maîtres Japonais, éditions Voix d'encre, 2019

vendredi 17 septembre 2021

Françoise Hàn, l'inattendu en attente d'être nommé



         Un point 

         Est-ce le même univers 
         est-ce le même espace-temps 
         où nous ne pouvons plus 
         nous rejoindre 

         tout l'inconnu 
         tout ce qui attire à sa découverte 
         l'esprit humain 
         a beau s'étendre 
         il porte en lui ce point 
         sans coordonnées 
         ni l'équation ni le poème 
         ne peuvent le situer 
         dans une autre région 
         du visible ou de l'invisible 

         de lui aucune verticale 
         ne peut être tirée 
         aucun dévoilement ne peut 
         révéler un monde 
         en attente d'être nommé 
         ce n'est pas un ailleurs 
         même inaccessible 
         une fondrière de l'espace 
         un escarpement 
         à l'abrupt du temps 

         c'est un point perdu 
         dans le non-advenir 

        in Un été sans fin, Françoise Hàn, éditions Jacques Brémond, 2008 

Si vous souhaitez en savoir davantage sur l'auteur, je vous invite également à lire ou relire deux précédents articles. 

L'un, paru en hommage à l'auteur sur Le Temps bleu, le 8 mars 2019, et ayant pour titre: Françoise Hàn, il n'y a plus d'étoiles à atteindre. 


 L'autre paru sur La pierre et le sel, en septembre 2013, sous le titre : Françoise Hàn, le vide est mon élan

https://pierresel.typepad.fr/la-pierre-et-le-sel/2013/09/fran%C3%A7oise-h%C3%A0n-le-vide-est-mon-%C3%A9lan.html



vendredi 10 septembre 2021

Luis Mizon, un homme n'est qu'une île sur la terre aride


          2

         Je marche chargé de reliques fragiles 
         fruits de musique 
         nourritures de mémoire 
         choses recueillies 
         dans les poubelles du silence 
         dans les photographies anonymes 
         dans les maisons d'autrui 
         brocanteur de choses invisibles 
         voleur et receleur de murmures 
         qui brillent 
         
         3 

         Mon rêve c'est moi 
         partir n'a jamais été mon vrai désir 
         mon corps est casanier 
         j'aime regarder les étoiles 
         là où peut-être il n'y a rien 
         il y a mon ombre en quête de l'effroi 

         je ne suis qu'une pierre sensible 
         à la lumière qui vient de loin 
         une antenne parabolique qui sort 
         son pistil et ses étamines pour capter 
         une vibration sans temps et sans lieu 

         4 

         Je refais le chemin de l'abeille 
         et du bourdon égaré 
         sans savoir pourquoi 
         je tisse la soie de mes retours 
         je me cache à l'ombre d'un cheval 
         et mon cheval se cabre 
         je me cache 
         à l'ombre d'un arbre et d'un bateau 
         et l'arbre et le bateau se cabrent 
         sur les ondes bouclées de la mer 

         alors je ne me cache plus 

         5 

         Un bateau vient de naître 
         sur la terre en friche 
         et l'horizon se cabre 
         parce qu'il aime se cabrer 

         un cactus de mille bras en feu 
         fleurit sur mes pas 
         les étoiles font un bruit de cigales 
         mon corps sans épines 
         se transforme en musique 

         un homme n'est qu'une île 
         sur la terre aride 
         mais sa semence d'étoile blessée 
         a besoin de la mer 
         de l'arbre 
         et de l'oiseau. 

         in Le soudeur de murmures, Luis Mizon, éditions Folle Avoine, 2017, p.p.50/51/52.

 
Ce bel hommage à la mer et aux îles est une belle occasion de célébrer les îles, toutes les îles du monde .


         

vendredi 3 septembre 2021

Gabriela Mistral, afin que le fleuve de la poésie bruisse encore et encore

        
                            5

        Un fleuve bruisse toujours proche. 
        Depuis quarante ans je le sens. 
        Et c'est la chanson de mon sang 
        ou bien rythme qu'on me donna. 

        Ou le fleuve Elqui de mon enfance 
        que je remonte et passe à gué. 
        Jamais ne le perds; sein contre sein, 
        comme deux enfants, nous nous tenons. 

        extrait de Choses, Saudade, in Essart, Editions Unes, p.116, 2021 

Les mots d'une inconnue me rejoignent soudain, tandis que des souvenirs remontent à la surface et "redonnent enfance à mes sens"...
Le temps du confinement, étrangement, aime se nourrir des trésors du passé ... 

        L'étrangère 
                                       à Francis de Miomandr

        - "Elle parle avec accent de ses mers barbares, 
        avec ne sais quelles algues et ne sais quels sables ; 
        récite une oraison à dieu sans poids ni forme, 
        vieillie comme si elle mourait. 
        Dans notre verger qu'elle nous rendit étrange, 
        elle a planté cactus et herbes griffues.
        Elle respire des haleines du désert 
        et a aimé d'une passion dont elle blanchit, 
        qu'elle ne conte jamais ; si elle nous la contait 
        elle serait comme la carte d'une autre étoile. 
        Elle vivra parmi nous durant quatre-vingts ans, 
        mais toujours semblera comme en train d'arriver, 
        parlant une langue qui gémit et halète 
        et que comprennent seules les bestioles. 
        Et elle va mourir au milieu de nous tous, 
        une nuit qu'elle souffrira comme jamais 
        avec son destin seulement pour oreiller, 
        d'une mort muette et étrangère."

        ibid p.109 

Pour qui vient de franchir allègrement ses "quatre fois vingt ans", c'est pur bonheur d'entendre bruire des mers inconnues et souffler des vents contraires, par la voix d'une poétesse, inconnue de moi jusqu'ici ! 

Gabriela Mistral est chilienne, prix Nobel de littérature en 1945, elle est le premier écrivain d'Amérique latine et la toute première femme poète à recevoir cette distinction. 
Elle naît dans une famille pauvre, abandonnée par le père, dans une vallée rurale du Chili. Elle sera institutrice de campagne, avant de devenir une figure de la pédagogie et de l'enseignement dans toute l'Amérique latine. Elle réformera à la demande du gouvernement mexicain le système scolaire du pays, entre 1922 et 1924, en transformant notamment l'éducation des filles et des enfants des zones rurales. 
Elle poursuivra ensuite une carrière diplomatique jusqu'à la fin de sa vie, en 1957.

Bibliographie: 

Essart , Gabriela Mistral, traduit de l'espagnol (Chili) et présenté par Irène Gayraud, paru aux Editions Unes, juillet 2021