Port des Barques

Port des Barques

vendredi 3 février 2023

Béatrice Douvre, l'ange fut un instant son ami



         La nuit de l'ange 

         L'harmonie se resserre comme un mur franchissable 
         La musique d'un ange se perd dans le jardin 
         Tu écoutais ce chant avec des yeux de boue  
         Les deux mains de personne secouaient ta chevelure 

         Et venaient des oiseaux émus de ton âge 
         Agités d'ailes blanches et de cris de nuit bleue 
         Tu marchais habitée d'un grand secret d'enfant 
         Dans ce jardin de roses de personne 

         Puis la nuit se fit claire aggravée d'une lampe 
         Et l'ombre de la lampe éteignait ton sourire 
         L'ange fut un instant ton ami, disparu 
         Sur la terre trempée d'un plus haut souvenir

        Béatrice  Douvre, in Oeuvre poétique, peintures et dessins, préface de Phillipe Jaccotett, p.199 
        Voix d'encre.

        Le temps franchi 

        Toujours les voix reviennent 
        Doucement invisibles 
        Sur ton visage aimé tarde un amour 
        La vague est "tourmentante" et les barques faciles 

        Le silence est l'herbe que l'on brise 
        Sur la mer la nuit du ciel est mûre 
        Et toujours les mots se perdaient sans franchir 

        Toujours les mots s'ouvraient sur des yeux purs. 

        ibid p.127 

        Dehors, aveuglément 

        Regarde-moi courir, m'éloigner dans l'apparence 
        Vers les rires bleus de l'air 
        Immense 

       La soif divisée 
       J'ai l'appétit fermé par le malheur 
       Comme ces bêtes au front silencieux 
       Ont mille morts mille hontes légères 

       Un vent du sol entier 
       Parcourt mes membres, leur perfection 
       De sable froid 
       Soulève encore une piste de pas 

       Et d'autres pas se perdent sur la mer 
       D'autres mains, doucement infinies 

       J'ai l'âge travesti des forêts, mais je danse.

       ibid p.129 


vendredi 27 janvier 2023

Aragon, dans le silence plein d'oiseaux, j'écris pour oublier



        Les chambres, lettres déchirées, 
        Il en reste des cris éteints le désordre d'avoir 
        été le désordre toujours d'être. A partir d'un 
        Certain jour vivre n'est plus jamais que survivre 
        Plus jamais que ce désordre appelé dérisoirement mémoire 

        Personne ici ne remettra plus les objets 
        à leur place plus jamais "Tout "
        Aura perdu le sens qu'il avait pour moi seul 
        Le temps disperse tout jusqu'au fond des miroirs 
        Rien désormais ne signifiera plus rien Tant pis 
        Pour nous qui fument Les enfants 
        De l'avenir vont parler d'autre chose avec leurs bouches fraîches 

        J'écris pour oublier j'écris dans mes pas 
        Pour effacer mes pas pour 
        Me perdre et que mes vers ne soient 
        Rien qu'ouverture du silence 

        Aragon in Les Chambres, Poème du temps qui ne passe pas, octobre 2022, p.64, chapitre 10.
        
        

vendredi 20 janvier 2023

Ernest Pépin, les arbres n'auront pas froid ce soir

 

        Dans le coffre de la nuit 

        Je palpe la nuit 
                                  Son masque de cendre chante 
                                  Le sacre des arbres 
                                  Voilà qu'elle respire mille cris d'insectes 
                                  fidèle à la garde des mystères 
         Des caresses en floraison éclairent ton visage 
         constellé de plaisir 
         et la douleur des Dieux couvre notre enseigne 
         Un vieux rituel d'étoiles amasse son trésor 
         au versant de la vie 
                                    Le drap bleu fête tous les rivages 
                                    et moissonne ton cri au profond 
                                    de la chair 
                                    La nuit n'est plus qu'une fenêtre 
                                    ouverte à nos envols 
                                    Depuis deux mille ans 
                                    en partance sur la pointe des désirs 
                                    les plus nus 
                                    Depuis deux cent mille nuits 
                                    cabrés sous le vertige 
                                    Nous sommes l'équilibre des choses 
                                    les plus écloses 
                                    Corsaires cupides riches d'alchimie 
                                    nous pillons éblouis le coffre de la nuit 
                                    Périssables amants d'éternité comblés 
                                    ivres convives errant dans des soifs rebelles 
                                    nous nous désaltérons des présages du sel 
                                    De cosmiques courants nous conduisent 
                                    passagers clandestins 
                                    vers de secrets pressoirs 
                                    où le vin fait la vigne. 

                                    in Boucan de mots libres, p.p. 22/23, éditions Aspect, 2005 

                                   Cadran nostalgique 

                                   Il arrive que mon silence t'appelle avec des cris de dauphins en détresse 
                                   Alors dans ces moments où la fête de tes yeux danse très loin 
                                   en déplaçant les heures du jour sur un cadran nostalgique 
                                   Je te recrée... 
                                   Il me suffit pour cela de prendre dans le bouquet du passé 
                                   une fleur qui ne sait encore que les amours meurent 
                                   aussi...
                                    
                                  ibid p.49 

       "Ernest Pépin est l'un des poètes majeurs de la Guadeloupe dont le rayonnement a largement dépassé           les frontières de son île natale", précise la quatrième de couverture de ce recueil. Il est également                 romancier. Son roman, Boucan de mots libres, a obtenu le prestigieux prix "Casa de las Américas" 
         à Cuba. 

vendredi 13 janvier 2023

Jacques Ancet, vers cet espace qui s'entrouvre

       

         Chant 1 

         C'est, comme minuscule à peine, une effervescence 
         avec les mêmes images, leur même lumière, 
         le chêne, son tronc obscur, le chat sur la fenêtre, 
         le silence soudain de l'heure, on ne sait plus trop 
         pourquoi maintenant, plutôt que demain ou qu'hier, 
         pourquoi ici, mais ici, maintenant, c'est partout, 
         c'est le monde qu'on n'entend que quand il se retire 
         comme une vague, et qu'il n'en reste que juste un souffle 
         dont on ignore s'il vient de dedans, de dehors, 
         on regarde ce qui dans la vue ne cesse de 
         se retirer, on guette un visage sans visage 
         qu'on voudrait reconnaître, un espace qui s'entrouvre, 
         on y entre sans y entrer parce qu'on est là,
         toujours, dans la clarté grise un peu d'un jour quelconque 
         à se demander pourquoi comme ça sans crier gare, 
         ce mouvement venu sans les mots et avec eux 
         et comment comprendre le jour qui vient et qui va, 
         cette solitude au milieu des corps, ce silence 
         qui s'installe dans les paroles, on ne l'entend pas 
         on le sent comme de l'air dans les mots, une sorte 
         de vertige bref avec, instantané, le clair 
         d'un vide où l'on se perd, on dit mais où en étais-je 
         qu'est-ce que je disais, autour rien n'a changé, les bouches 
         ont des visages vivants, les bruits sont revenus 
         avec un triangle de soleil contre le mur. 

       Jacques Ancet, in L'identité obscure, p.p. 7 et 8, 
       paru aux éditions Lettres vives, collection Terre de  Poésie

Si vous souhaitez en savoir davantage sur l'auteur, je vous invite vivement à lire un article écrit 
à son propos par Jacques Décreau et paru sur La Pierre et le Sel, sous ce titre: 
"Jacques Ancet, de l'infime à l'imperceptible".

vendredi 6 janvier 2023

Jacques Godbout, poème pour un froid d'hiver



          Un oiseau bleu 
          Plus bleu que mes yeux 
          Agonisait sur la neige 
          Plus blanche que mon âme 
          Une main douce 
          Plus douce que la douceur 
          A pris l'oiseau bleu 
          Plus bleu que mes yeux 
          Et l'oiseau a palpité 
          Il a plus palpité que mon coeur 
          Et la main de douceur 
          L'a réchauffé 
          Avec plus de chaleur que le feu 
          La main qui est tienne 
          Plus femme que la femme 
          Plus amante que l'amour 
          A ressuscité l'oiseau bleu 
          Plus bleu que mes yeux 
          Et qui vole maintenant 
          Dans un ciel de rare azur 

          Jacques Godbout, in Carton-pâte, Poésie 56, éditions Pierre Seghers, n°480, p.16

Jacques Godbout est né au Canada, à Montréal, en 1933; il a fait ses études secondaires chez les Jésuites. 
Il est entré ensuite à l'Université, où il obtint un diplôme de littérature française. il est marié et père d'un 
petit garçon. Carton-Pâte est son premier recueil publié. 

vendredi 30 décembre 2022

Edgar Allan Poe, jadis dans un royaume près de la mer, vivait la belle Annabel Lee



  Annabel Lee

  C'était il y a mainte et mainte année, 
  Dans un royaume près de la mer, 
  Que vivait une jeune fille que vous pouvez connaître 
  Par le nom d'Annabel Lee ;
  Et cette jeune fille, elle ne vivait avec aucune autre pensée 
  Que de m'aimer et d'être aimée de moi 

  J'étais un enfant et elle était une enfant, 
  Dans ce royaume près de la mer, 
  Mais nous nous aimions d'un amour qui était plus que l'amour, 
  Moi et mon Annabel Lee, 
  D'un amour que les séraphins ailés du ciel 
  Convoitaient à elle et à moi.  

  Et ceci fut la raison pourquoi, il y a longtemps, 
  Dans ce royaume près de la mer, 
  Un vent souffla d'un nuage, glaçant 
  Ma belle Annabel Lee, 
  De sorte que ses proches de haute lignée vinrent 
  Et me l'enlevèrent 
  Pour l'enfermer dans un sépulcre, 
  En ce royaume près de la mer. 

  Les anges, qui ne sont pas à demi aussi heureux au ciel, 
  Allaient nous enviant elle et moi; 
  "Oui, ce fut la raison (comme tous les hommes le savent, 
  Dans ce royaume près de la mer) 
  Pourquoi le vent sortit du nuage la nuit, 
  Glaçant et tuant mon Annabel Lee. 

   Mais notre amour était plus fort infiniment que l'amour 
   De ceux qui étaient plus vieux que nous, 
   De beaucoup qui étaient plus sages que nous, 
   Et ni les anges là-haut dans les cieux, 
   Ni les démons sous la mer, 
   Ne peuvent jamais disjoindre mon âme de l'âme 
   De la belle Annabel Lee.

   Car la lune ne rayonne jamais sans m'apporter des songes 
   De la belle Annabel Lee; 
   Et les étoiles jamais ne se lèvent que je ne sente les yeux brillants 
   De la belle Annabel Lee; 
   Et ainsi, toute la durée de la nuit, je repose à côté 
   De ma chérie - ma chérie - ma vie et mon épousée, 
   Dans son sépulcre près de la mer, 
   Dans sa tombe près de la bruyante mer.
   
   in Oeuvres imaginatives et poétiques complètes de Edgar Allan POE,  présentées par Charles Moulin, Annabel Lee, p.p.128, 129.

vendredi 23 décembre 2022

Coralie Poch, j'ai volé un sécateur à l'hiver



         J'ai volé un sécateur à l'hiver 
         les yeux fermés 
         je coupe la branche de mimosa 
         demain 
         je l'échangerai au vent contre ta mort 
         je veux retourner le fleuve 
         relancer les pierres 
         qu'elles retombent coté face au soleil 
         qu'on te laisse ta vie à finir 
         ton visage ouvert et tes boucles d'oreilles en graines de Guyane 
         ton parfum de coriandre 
         tes pulsations fragiles et belles 
         au milieu des nôtres 

         Coralie Poch, éditée dans le n°195 de la Revue Décharge 

                             
   L'hiver, dans le Midi, il suffit de fermer les yeux pour qu'un parfum de mimosa en fleur vous tourne
   la tête. Il en est de même des " boucles d'oreilles en graines de Guyane ", que j'entends chuchoter  
   dans ma mémoire, à chacun de mes pas. 

         Je marche dans un rêve déchiré en tout petits morceaux
         Je ramasse mes confettis de vie blanche dispersés au bord de ma robe 
         elle, la robe, avance comme une plage dans la mer 
         Un jour, les confettis, je les ajouterai à ce qui restera de moi. 
         au milieu des pluies 
         ils seront le temps du devenir 
         celui qui s'ajoute à la fin du match. 
         Et les pétales fragiles collés sur tes paupières 
         je les avale aussi. 
         C'est la nuit, les herbes sont bleues 
         les mains légères 
         la pluie devient ton eau 
         et tu dis que c'est beau 
         que tu aimerais un jour croire aux poèmes 
         plus qu'aux pierres. 

         Coralie Poch, in Décharge n°195 .