Port des Barques

Port des Barques

vendredi 21 juin 2024

Raymond Queneau, si je parle d'un lieu, c'est qu'il a disparu.








           Un poème c'est bien peu de chose 
           à peine plus qu'un cyclone aux Antilles 
           qu'un typhon dans la mer de Chine 
           un tremblement de terre à Formose 

           Une inondation du Yan Tse Kiang 
           ça vous noie cent mille Chinois d'un seul coup 
           vlan 

           ça ne fait même pas le sujet d'un poème 
           Bien peu de chose 

           On s'amuse bien dans notre petit village 
           on va bâtir une nouvelle école 
           on va élire un nouveau maire et changer les jours de marché 
           on était au centre du monde on se trouve maintenant 
           près du fleuve océan qui ronge l'horizon 

          Un poème c'est bien peu de chose. 

           Raymond Queneau in  L'Instant fatal, in l'Anthologie de la poésie française du XXème siècle                       p.p.447/448, Poésie/ Gallimard, nrf.

vendredi 14 juin 2024

Brigitte Broc, quand tout s'impatiente et s'emporte.



        à la lisière du silence 
        la maison largue les amarres. 
 
        Lente, placide, 
        l'allée désagrège 
        ses derniers pas. 

        Visages d'hier, 
        immergés dans les glycines, 
        captifs d'étoiles 
        qui roulent sous le toit, 
        visages d'hier, 
        sans hâte, 
        "désempierrent" l'attente.

        Goût de pomme, 
        odeur vertigineuse 
        du buis sous la pluie. 

        Les murs s'allègent, 
        ne se voûtent plus sous la nuit. 

        Dans les pièces 
        le feu a déposé sa sève, 
        tiré le grand drap rouge 
        du secret. 

        Tout est debout, 
        allègre, inachevé.  

        Le ciel vient battre 
        sur les tuiles, 
        il monte, il descend, 
        et façonne mes rives. 

       Tout s'impatiente, 
        s'emporte. 

       Sur la houle empourprée 
       veillent l'espace 
       et l'abri solide 
       de mes mains.

       Je dessine un bond, 
       des chapiteaux lointains, 
       une blancheur, 
       et dans cette blancheur 
       habite l'imprévisible.  

       On nage, on s'éprend de solitudes,
       l'histoire, sans fin, 
       rassemble ses coquillages.
   

       Parfois, on s'éteint, au loin, 
       mais un autre regard éclôt 
       qui déborde et respire.

       in Regards, revue trimestrielle de Femmes en Méditerranée, 39-40, octobre 2009.




  
        

vendredi 7 juin 2024

Antonio Ungar, en attendant d'être arrivé à la cime de ma montagne....


          
            Je grimpe à un autre arbre, un autre qui n'est pas le poivrier, ni le noyer. ni l'un de ces saules 
      qui veulent mourir. Je grimpe sur un arbre élevé et maigre, bossu, un arbre timide qui se cache 
      toujours au fond, derrière les autres, derrière les pierres, encore plus derrière. Un arbre ébouriffé 
      et timide. Et  grimpé là, je ne fais rien. 
      Je sens la branche de l'arbre sous mes jambes, je sens que l'arbre regarde d'un autre côté encore, 
      mais nous sommes là. 
      Je réussis à serrer entre mes bras la branche, je pose ma tête sur  l'écorce et je ne suis plus un 
      tigre, un grand et lourd tigre qui regarde le monde. 

      Je suis un autre tigre, différent. Un tigre de papier. Léger, transparent, vide d'air. Vide de la maison, 
      qui n'a pas été emportée par un vent violent mais qui en revanche a disparu ; vide de la terre que 
      je connais déjà;  vide de cet incendie du ciel si lointain qui n'est pas à moi; vide de tout ce qui s'est              passé dans la maison. 
      Rien que de l'air dans un tigre de papier, rien, l'odeur de cet eucalyptus qui ne me regarde pas. 

      in Les oreilles du loup, Antonio Ungar,  Les éditions Les Allusifs, 2008, pour la traduction 
      française.
 

      

vendredi 31 mai 2024

Juan Gelman, telle une flamme contre la nuit et sa douleur muette.

  

        Nous devons à Jacques Ancet la précieuse traduction de l'espagnol au français des poèmes 
       de Juan Gelman, que je vous propose ce jour.
        
       uni à toi comme le vol
       de l'oisillon 
       je deviens toi / j'aspire ton 
       air qui très hautement m'aspire 

      la même aspiration qui nous 
      rend égaux / nous change / nous comble 
      comme connaissance d'amour 
      très doux volant tien à l'entour 

      de chaque monde que tu m'offres / 
      ou clarté / ou visage pur / 
      brûlant telle une flamme contre 
      la nuit et sa douleur muette. 

      in Juan Gelman, L'opération d'amour, Poèmes d'amour, présentés et traduits de l'espagnol,
      par Jacques Ancet, Postface de Julio Cortazar. nrf, Gallimard, p.72.

vendredi 24 mai 2024

Danielle Fournier, ce pourrait - être l'été ?



        
         C'est selon 

         ce devrait être l'été des âmes perdues 
         par trop d'emportement 
         à écouter les chutes et les fontaines entre 
         les risques d'orages et de bourrasques 
         les roses et les cosmos fanés - et les cerises 
         de terre, ont-elles poussé cette année ? 
         le jasmin et les hibiscus en fleurs, les 
         groseilles à maquereau oubliées sur la table 

         les sens endormis, préservés 
         le coeur serré certes, le corps fragile 
         sous son armure et l'été 
         une histoire d'amour flambée 
         on dirait que c'est l'été, ce pourrait l'être 
         M.Odette nonchalant, ou peut-être abruti : 
         fait-il semblant de guetter sa proie 
         parmi les fleurs 
         des abeilles espérerait-on dans cette torpeur 
         quelque part, mutique, dans une telle solitude 
         qu'elle en oublie son nom et son ombre, 
         qu'elle disparaît en elle-même, 
         une femme ravagée de l'intérieur existe 
         et n'a pas de mots 
         vit en parallèle 
         un monde où la guérison ressemble au vent 
         elle ne sait plus ce qu'elle attend 
         sinon qu'elle attend. 

        in Ce pourrait être l'été, Danielle Fournier. Méridianes, Collection duo. 

vendredi 17 mai 2024

Marceline Desbordes - Valmore, au pays dont on ne revient pas.



         Vous aviez mon coeur, 
         Moi, j'avais le vôtre : 
         Un coeur pour un coeur, 
         Bonheur pour bonheur, 

         Le vôtre est rendu ; 
         Je n'en ai plus d'autre ;
         Le vôtre est rendu 
         Le mien est perdu...

         Marceline Desbordes-Valmore, 1786-1859, in Les plus beaux manuscrits des poètes français, 
         p.186.
    

vendredi 10 mai 2024

Fabio Scotto, quand le fleuve se cherchait un doux lit.



       Des yeux coule un fleuve 
       l'eau glisse des mains jusqu'à la feuille de papier 
       frappe des masses d'obscurité 
       s'agrippe à des ronces de sang et de boue. 
       La sève va et vient 
       des doigts jusqu'au regard 
       Il a écrit cela 
       cela qui s'est produit ici 
       un soir qu'il pleuvait 
       sur la nuit du monde. 
       Il était à bout de forces 
       à la fenêtre le vent soufflait 
       et vides étaient encore les mots 
       de celui qui savait effeuiller 
       la fleur. Alors il lève les yeux 
       la lumière le blesse, de son dos il secoue 
       la poussière ; à présent il est debout, il voit au loin 
       Il est une feuille de papier qui chante maintenant, qu'on lit lorsqu'elle se tait.

      Fabio Scotto, Italie, texte traduit en français par Marie-Andrée Lamontagne, paru dans La Traductière,
     revue franco-anglaise, n°30 Année 2012, p.89